mardi 15 juillet 2008 :: par Thierry Gagnon

Mario Bizarre - Le premier vidéo Machinima de mon fils

Mario a une très mauvaise journée : il ne cesse de se faire écraser !

C’est avec fierté que j’annonce la sortie de la première vidéo de type machinima produit par Raphaël Gagnon, mon fils de 10 ans.

Entièrement conçu et réalisé par lui (je n’ai qu’aidé à raffiner le produit final), ce court métrage de 3 minutes a été produit tout simplement en filmant directement à l’écran de la télévision des moments d’une partie de Mario 64. Le montage a été fait en utilisant logiciel Windows Movie Maker, un logiciel médiocre mais simple dont je lui avais inculqué les notions de base récemment.

Machinima : de père en fils

Comme mes (deux) fidèles lecteurs ont certainement ou remarquer, j’ai découvert avec passion cette année le monde du Machinima, c’est-à-dire la production de films à partir de jeux vidéos tel qu’exemplifié par le site Machinima.com. Malheureusement, je n’ai ni le temps ni l’énergie d’expérimenter moi-même avec ce médium émergent. C’est pourquoi je suis particulièrement fasciné de voir mon fils tenter l’expérience par lui-même. Le bougre avait la fâcheuse habitude de filmer la télévision, saturant la carte mémoire de l’appareil photo d’extrait de Bob l’Éponge ainsi que d’autres émissions et annonces publicitaires. Je suis content de voir que ces expériences ont mené à quelque chose d’intéressant.

Réaliser ses rêves

Depuis des années, Raphael ne cesse de nous parler des films qu’il fera lorsqu’il sera grand. Il m’est récemment venu à l’idée qu’il n’y a aucune raison qu’il attende si longtemps avant qu’il se mette à l’œuvre et réalise son rêve. Avec les technologies d’aujourd’hui et les moyens de diffusions offerts par Internet, il n’y a aucune raison qu’un enfant motivé ne puisse au moins commencer à apprendre les rudiments du montage vidéo. J’encourage tout parent ou enseignant à laisser leurs enfants expérimenter avec le montage vidéo, quitte à utiliser une séquence de photographie, comme pour les premières expériences de Raphael, et à les diffuser sur YouTube ou autre site similaire. Le plaisir de l’enfant à créer un film et le voir diffuser sur un site qu’il fréquente lui-même peut être une source considérable d’encouragement et d’estime de soi.